POST-DÉCONFINEMENT : COMMENT FIXER LE PRIX DE VOTRE LOCATION SAISONNIÈRE ?

Bonnes pratiques
Le premier ministre Jean Castex a annoncé aux français que des "mesures restrictives et dissuasives" seront mises en place pour éviter que les Français n’aillent skier à l’étranger. Les stations de ski pourront rouvrir durant la période des fêtes de fin d’année, mais les remontées mécaniques ne rouvriront pas avant le 20 janvier. Alors comment fixer le prix des locations saisonnières pour l’hiver 2021 ?

Déconfinement : pourquoi refixer le prix de votre location saisonnière ?

En général, en tant que loueur saisonnier, il est conseillé de réévaluer le prix de sa location saisonnière chaque année pour l’adapter au marché. Mais en 2021, ce conseil sera d’autant plus justifié. Toutes les activités ont été mises à mal par la pandémie du coronavirus et par le confinement, en particulier le tourisme. L’épidémie n’étant pas finie, les français n’ont aucune assurance de pouvoir partir en vacances à l’étranger cet hiver, et vont donc privilégier les séjours dans l’hexagone. Il va donc falloir commencer à vous préparer pour les réservations de l’hiver 2021, si elles n’ont pas déjà été faites, en refixant notamment le prix de votre location par jour.

Sur quels critères fixer le prix de votre location saisonnière pour l’hiver 2021 ?

Vous devez prendre en compte différents facteurs avant d’évaluer le prix de votre bien mis en location :

  • Votre manque à gagner sur les réservations des vacances de printemps qui n’ont pas pu être honorées. Vous pouvez louer votre bien à un prix un peu plus élevé pour compenser votre perte de revenus due au confinement.
  • Votre prix-plancher : c’est-à-dire le prix minimal par jour auquel vous devez louer votre bien pour couvrir vos frais. Pour l’obtenir, additionnez vos frais annuels (charges, crédit éventuel, assurances, frais d’entretiens divers, électricité, Wi-Fi…) et divisez le montant obtenu par le nombre de jours dans l’année.
  • L’emplacement : si votre bien se trouve dans une région ou un département fortement touristique, vous pourrez gonfler un peu le prix, car votre région risque d’être prise d’assaut cet été, après le déconfinement.
  • La concurrence : le prix d’une location saisonnière, confinement ou non, se place toujours par rapport à la concurrence. Veillez à garder des prix assez concurrentiels pour faire pencher la balance en votre faveur dans le cas où votre hôte hésiterait entre votre bien et une autre location. Cependant, attention à ne pas trop baisser vos prix par rapport à vos concurrents. Cela risque de paraître louche et de faire fuir vos locataires potentiels.
  • Les frais de nettoyage : car ceux-ci vont être eux aussi majorés, à cause de la désinfection systématique du bien, entre chaque locataire pour leur assurer sérénité, santé et sécurité. En effet, si c’est vous qui vous chargez du nettoyage, cela vous prendra plus de temps que d’habitude. Vous pouvez donc augmenter le prix du nettoyage pour vos hôtes en fonction du temps que cela vous prend. Et, si vous embauchez une entreprise de nettoyage spécialisée, alors celle-ci vous facturera un supplément pour la désinfection spéciale COVID-19. A vous de reporter ces frais de ménage sur votre réservation.
  • Le nombre de réservations : le prix journalier de votre location saisonnière pourra être augmenté ou baissé en fonction de celles-ci. Il vaut mieux louer en gagnant un peu moins d’argent que ne pas louer du tout.L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AdobeStock_246952474-1024x683.jpeg.

Que faire en cas d’annulation de la réservation ?

N’oubliez pas que la situation est encore amenée à changer. Si le premier ministre a assuré que les français pourront partir en vacances cet hiver, c’est encore sous réserve que l’épidémie soit contrôlée d’ici là. De plus, celui-ci a demandé à ce que les professionnels du tourisme s’engagent à rembourser intégralement les vacanciers lésés dans le cas où ces derniers ne pourraient pas honorer leur séjour finalement, sur décision gouvernementale.

De ce fait, continuez à vous montrer flexible avec vos locataires, et proposez-leur un arrangement en prévoyance d’évolution de la situation sanitaire, et cela même si vous n’êtes pas un professionnel du tourisme.

Même si le cas de force majeure du coronavirus n’a pas encore été promulgué par la loi pour les transactions (y compris les locations saisonnières), vos locataires pourraient l’évoquer devant un tribunal et vous demander d’être intégralement remboursé. Le juge tranchera alors pour l’un ou l’autre, mais vous ne maîtriserez pas la situation. C’est pourquoi se montrer arrangeant est à privilégier pour éviter ces situations conflictuelles.

En résumé :

En matière de location saisonnière, réviser le prix chaque année doit être un réflexe. Cela est encore plus valable pour cette année 2021.

Les français vont privilégier les séjours dans le pays cette année, c’est donc le moment pour réviser légèrement votre prix journalier.

Fixez le prix de votre location en fonction de votre perte de revenus liée au confinement, mais aussi de votre emplacement, de la concurrence…

N’oubliez pas de prendre en compte les frais de ménage dans votre nouveau prix, qui vont eux-aussi changer pour mettre en place une désinfection complète du bien entre les séjours des locataires.

En cas d’annulation, montrez-vous toujours conciliant avec vos hôtes, la situation étant en passe d’évoluer.

23
3
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *